Assurer sa moto


Le 15 mars commence officiellement la saison des motocyclistes sur les routes du Québec. Pour pouvoir rouler légalement il faut immatriculer son véhicule et se fournir d’une assurance moto, sans quoi on risque des contraventions très dispendieuses.

La responsabilité civile

Pour assurer sa moto il faut obligatoirement se munir d’une assurance privé. La loi oblige tout conducteur de moto ou de tous autres véhicules roulant sur les routes du Québec d’assurer son véhicule de la responsabilité civile. Celle-ci protège le conducteur en cas de dommages causé à autrui de façon involontaire. Elle protège contre tous dommages corporels ou de biens. En général, une garantie d’un million de dollars est offert par les assureurs, mais il est possible de l’augmenter si désiré.

Les dommages matériels

L’assureur, en plus d’offrir la responsabilité civile, permet d’assurer sa moto principalement de deux façons :

  1. Collision ou versement : Dans le cas d’un accident que vous soyez responsable ou non, l’assureur pourra couvrir les frais de réparation de la moto ou de rachat d’une nouvelle dans le cas d’une perte totale.
  2. Incident sans collision ou versement : L’assureur peut également offrir une protection contre le feu, vol, vandalisme, etc. pour des frais supplémentaires.

Les dommages corporels

La société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) fourni une assurance corporels pour le conducteur ainsi que le passager en cas d’accident. Cet assurance inclus également les vêtements portés lors de l’accident (manteau, casque, etc.). Cependant faite attention, la SAAQ va couvrir le motocycliste et son passager seulement si l’incident survient sur un chemin public. Aucune compensation ne va être offerte dans un sentier ou un champ.

Économiser sur vos assurances

Il a différentes façons mises à la disposition de tous pour économiser de manière importante les coûts de son assurance.

  1. Faire un cours de perfectionnement.
  2. Devenir membre d’un club reconnu.
  3. Ajuster les protections choisies : augmenter la franchise, enlever la protection collision ou versement, etc.
  4. Demander à votre assureur de nouvelles primes tous les deux ans
  5. Ajouter un système d’alarme ou un antidémarreur reconnu
  6. Utiliser des comparateurs d’assurance en ligne