Egotrip, une Megaride


En cette journée pluvieuse et froide, la moto était prête, mais Dame Nature ne collaborait pas. Le 30 mai était toutefois une date importante : je décollais, avec un groupe de 22 personnes, vers les Alpes françaises, italiennes et suisses sous la gouverne de notre guide Max, président de Motoclubquebec.com.

J’en étais à ma deuxième Megaride : j’étais présent, en 2010, pour la première. La belle différence était que, pour celle-ci, j’allais rouler sur une BMW R1200RT au lieu de faire le trajet sur une Gold Wing. L’avantage était que le pare-brise de la RT est ajustable électriquement, je n’allais donc pas avoir la ligne de vue bloquée à cause de mon petit gabarit… De plus, elle est comparable à ma ST1300 que j’ai ici.

Comme en 2010, le locateur Road2luxe nous a transportés de l’aéroport de Marseille à son garage de motos, où nous avons fait le transfert du contenu de nos valises dans les sacoches de nos machines... Après la paperasse normale, nous avons quitté pour notre premier hôtel afin de nous reposer en raison du décalage horaire. Le lendemain matin, c’était le grand départ!

Première journée : nous nous sommes dirigés vers la Côte d’Azur en passant par Saint-Tropez, Cannes, Antibes, Nice et Vence pour notre deuxième nuit. Nous avons eu un bon souper et puis, dodo... Le matin suivant, le décalage et l’énervement passés, mes copains ont dû cogner à ma porte : « Jac, il est 8h15, le départ est à 8h30! » Fiou! Petite course pour les bagages, un bout de pain, jambon, fromage, jus d’orange et hop ! départ...

Deuxième journée : nous avons quitté la France pour l’Italie par les Cinque Terre, des routes de montagne ainsi que des autoroutes d’enfer parsemées de tunnels (avec 130 km/h pour vitesse maximale permise).

Et ce fut comme ça pour les 14 jours du voyage… Je peux vous dire que les endroits où nous circulions sont de toute beauté. En voici quelques-uns pour vous faire rêver : la Toscane (dans les vignobles du Chianti), Pise, les Dolomites, les cols du Gavia, du Pordoi, du Simplon, du Stelvio ainsi que des villages médiévaux. Nous logions également dans de très beaux hôtels. Les hôteliers nous attendaient à bras ouverts et nous servaient de succulents repas bien arrosés par le vino de la maison.

Les Megarides organisées par Max sont plus que des voyages en moto dans les Alpes, ce sont des aventures sur les plus belles routes d’Europe.

Et dites-vous une chose : conduire une moto dans les Alpes, ce n’est vraiment pas comme nos petites « rides » vers le Lac Georges et le Vermont. Ce n’est pas non plus comme descendre à Québec par la 132. La qualité du revêtement routier est pratiquement impeccable : pas de bosses ni de trous.

Pour ajouter à tout cela, chaque moto est équipée d’un GPS dans lequel  Max a programmé plusieurs itinéraires pour parer à toute éventualité (neige sur les cols). Cet appareil nous ramène également à notre hôtel tous les soirs. Ceci fut très pratique pour plusieurs d’entre nous (moi inclus, ahaha !). Et, vous ai-je dit que nous pouvions rouler en « lane splitting », c’est-à-dire entre deux rangées de voitures si le trafic est trop lent, même devant les policiers ?

Pour terminer, l’expérience moto en Europe est à faire une fois dans sa vie. Vous reviendrez de ces aventures complètement changé et votre conduite en sera améliorée. Les Megarides sont une drogue légale, mais qui crée une dépendance.

Inscrivez sur votre liste de choses à faire une Megaride de Moto Club Québec. Les réservations pour 2015 sont déjà commencées et les Megarides présentent des nouveautés comme la Corse, la Sardaigne, la Sicile, etc. Allez-y, vous ne le regretterez pas!

Jacques Payant, Mont-Tremblant

http://www.motojournalweb.com/articles/27812/